Initiée en 1999 par l'ONU, le 25 novembre est la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Retour sur plusieurs initiatives menées au sein du Groupe et des filiales.

En septembre 2020, une convention-cadre a été signée par Action Logement et Solidarité Femmes en faveur de l’aide aux femmes salariées victimes de violences conjugales ou familiales. 

LOGO FNSF

Ce partenariat vise un engagement sur 2 objectifs de coopération :

  • La connaissance auprès des femmes salariées victimes de violences conjugales ou familiales du service d’accompagnement social d’Action Logement Services et de l’ensemble des aides favorisant l’accès ou le maintien dans le logement ;
  • La coopération visant à détecter et favoriser la prise en charge des femmes salariées, victimes de violences intrafamiliales, se trouvant de ce fait en difficultés sur un plan social et économique, afin de les accompagner dans la résolution de problématiques d’accès, de changement ou de maintien dans le logement.

Ce partenariat est renforcé par le déploiement expérimental d’un dispositif innovant de sous-location, porté par l’association Soli’AL.

Pour une durée de trois ans, les organismes d’HLM peuvent louer, meublés ou non, des logements à des organismes déclarés ayant pour objet de les sous-louer à titre temporaire aux personnes victimes de violences. Pour bénéficier de ce dispositif, ces personnes doivent attester de leur situation par une ordonnance de protection délivrée par le Juge aux affaires familiales (JAF).

Une campagne d'affichage pour sensibiliser sur les violences familiales

En 2019, Action Logement engage une démarche collective avec ses filiales immobilières, en lançant une campagne d'affichage de sensibilisation sur les violences familiales et le numéro d’alerte à composer : le 39 19. Le confinement aggrave​ les violences domestiques. La vigilance de chacun est cruciale et la diffusion de ce numéro est plus que jamais nécessaire.

A4 ALG-Affiche V-Femme

Une mobilisation sur tout le territoire

Au-delà de la diffusion de ces affiches dans le parc immobilier du Groupe et au sein des DR, plusieurs ESH ont multiplié les actions pour sensibiliser sur les violences familiales et protéger les victimes.

Immobilière 3F et Seqens sont déjà des partenaires solides de La Fédération Nationale Solidarités Femmes (FNSF) pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Domofrance, en Nouvelle Aquitainemet à disposition des logements pour l’Association Pour l'Accueil des Femmes En Difficulté (l’APAFED) qui permet aux femmes et à leurs enfants d’être hébergés, de se retrouver, d’échanger et de bénéficier d’un accompagnement en toute sécurité.

Dans le Grand Est, Logiest a mis en place avec l'association CMSEA Espoir, le dispositif "Un abri pour la vie". Lauréat d'ALINOV 2019, il répond à l’urgence des personnes victimes de violence en leur permettant l’accès à un logement social dans un délai de 48h, avec un accompagnement pluridisciplinaire : psychologique, social, administratif et technique.

En novembre 2019, Action Logement signait, avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes, un partenariat permettant de multiplier les places d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violences et leurs enfants. Le Groupe a mobilisé les équipes d'Action Logement Services et les filiales immobilières du territoire pour activer des dispositifs d'assistance aux salariés en difficulté et pour s'assurer de la mise à disposition de places d'hébergement d'urgence. Au total, 160 logements ont été mobilisés, soit 210 places disponibles.

Retrouvez l’ensemble des informations utiles :

  • Par téléphone, en composant :
    • le 39 19 : numéro de téléphone anonyme et gratuit, du lundi au samedi de 9h à 19h. Numéro dédié à la protection des femmes en danger.
    • le 17 : numéro de la police, en cas d'urgence immédiate.
       
  • Par SMS

En composant le 114 : il s'agit d'un numéro d'urgence qui permet d'alerter par SMS la police, la gendarmerie, le SAMU ou les pompiers (selon votre localisation). Ce numéro est accessible 24 heures/24, 7 jours/7.

À l'origine, il s'agit d'un numéro d'urgence pour les personnes sourdes et malentendantes : il vient d'être élargi à toutes les victimes de violences intrafamiliales qui ne peuvent pas sortir de chez elles, ni faire de bruit en raison du confinement.

  • Par Internet

Via la plateforme gratuite et anonyme mise en place par le gouvernement. Elle fonctionne 24 heures/24, 7 jours/7 : https://arretonslesviolences.gouv.fr/

  • Un dispositif en pharmacie

Les victimes de violences familiales peuvent désormais donner l'alerte et se réfugier dans les pharmacies, à la demande du Ministère de l'Intérieur.